La Croatie, une arrivée difficile…

IMG_2343

 

Au revoir à Piran!

Nous sommes restés sans donner de nouvelles pendant quelques jours le temps de prendre nos marques en Croatie.

Pour mettre fin immédiatement au suspense « passerons / Ne passerons pas ? » Oui, nous avons réussi à atteindre notre dernier pays pour ces vacances de découvertes et de test d’un voyage itinérant. Ce dernier passage en Croatie n’a pas été le plus facile !

Comme vous avez pu le lire dans les précédents messages, nous avons constaté en Slovénie que le passeport de petite chérie avait expiré il y a 3 mois ! Bref, nous sommes partis vers la Croatie avec un risque de se voir refuser l’entrée du pays. Nous avons notre réservation avec le billet retour vers la France depuis Zagreb.

Pour faire le transfert de Slovénie vers la Croatie, nous avions imaginé dans un premier temps que cela se ferait simplement entre la région de Piran, dans le sud-ouest de la Slovénie, car celle ci est à quelque Km de la frontière. La réponse est NON !!

Il a été nécessaire de prendre un premier bus en Slovénie qui nous a remonté jusque Postojna (Oui, oui, là où nous avions visité les grottes quelques jours auparavant)  : Début du périple 2H de bus.

Depuis Piran et le hub le plus proche, Koper, nous aurions pu passer en Croatie plus rapidement sans remonter jusque Postojna, mais l’unique région croate accessible était alors l’Istrie qui ne nous intéressait pas du tout sur le papier. Nous souhaitions mettre un maximum de destinations croates à notre portée sans avoir une réservation trop lourde, au cas où nous ne passions pas la frontière. Notre choix s’est donc porté sur la ville de Rijeka. Dans notre guide, lonely planet, la ville n’est pas trop mise en valeur, mais présente un attrait historique sur l’époque gallo-Romaine. Donc GO !

Aprés 2H d’attente, à Postojna, nous avons pris notre bus à destination de Rijeka. Comme à chaque voyage en bus, l’achat de tickets se fait directement au chauffeur. Nous sommes tombés sur une gros C.. Quand nous avons demandé les tickets, il n’était pas content que nous n’en ayons pas déjà acheté je ne sais où ?! Il nous a fait un prix à l’arrache soit 15€ par personne (ce qui est raisonnable.. mais bon..). Ce qui l’a le plus gonflé, c’est que comme nous passions une frontière. Il doit donc remplir un formulaire avec nos noms. Alors là, superbe! il me demande le passeport car il ne comprenait pas le nom « DECLOMESNIL », quand il a vu la taille du nom, il a gueulé en slovène ou croate. Il n’a rien écrit sur le papier et m’a demandé de régler . Spectacle! je sors un billet de 50€, car nous n’avions pas de monnaie . HORREUR! Il jette le billet dans sa boite à gants car pas de monnaie. Il demande dans le bus au autres voyageurs, rien ! Il comtinue de grommeler car je n’ai pas le compte exact … Bref, nous finissons par trouver 2 billets de 20€. Il a pris dans son enveloppe de déplacement pour nous rendre la monnaie.

Nous avons compris après qu’il n’avait pas de caisse dans le bus et que ce transport « low cost » l’était sur toute la ligne même avec son personnel fortement aigri !

Direction la Croatie… Au bout de 1H30 de bus, nous atteignons la frontière. Petite chérie en stress… moi a rebriefé les enfants pour qu’ils ne fassent aucun commentaire lors du contrôle. Thomas a tendance à faire quelques bourdes.

passeport-francaisNous arrivons à la frontière. Le chauffeur annonce le contrôle. Un policier monte dans le bus. Petite précision, nous espérions être beaucoup dans le bus pour ainsi passer dans la masse de passeports sans que les policiers s’arrêtent sur chaque cas . Nous étions environ 10 dans le bus en nous comptant tous les 4 ! Super 😦 !

Le policier arrive donc à mon niveau, demande les papiers. J’avais préparé les passeports dans l’ordre de façon à ce que le passeport de Caro soit en 3ème, ainsi 2 dates OK dès le début, la dernière date aussi. Le policier regarde en diagonale nos passeports. Ils ne les ouvrent pas tous ! Nous demande si nous sommes tous les 4 de France. Réponse : Oui. « Bonne journée » et il me rend les passeports. Énorme sourire dans le dos du policier de toute la famille. Jeanne et Tom supers content. la grosse banane…pendant 3 minutes…le bus repart, fait 100 mètres et se stoppe. Et Oui, nous venions de passer le poste frontière slovène de sortie. Le vrai contrôle était à la suite ! Le contrôle croate!! Et Mer.. !

On attend. Pas de policier. Au bout de 5 minutes, une jeune policière croate monte dans le bus et contrôle un à un les passagers. Nous étions les derniers. Je tends les passeports. Elle prend les 4, regarde vite fait les photos et reste sur celui de Caro au hasard !:! ..Regarde la bouille de Jeanne qui faisait un grand sourire, regarde la photos de son passeport ( où elle à 2 ans), lui fait un grand sourire et repart ! Yes, nous sommes acceptés en Croatie ! Direction Rijeka.

Nous atteignons donc Rijeka 30 minutes plus tard.

IMG_2348Nous avions réservé par internet la veille 2 lits dans un dortoir (presque auberge..) en face de la station de bus pour organiser notre départ de Rijeka rapidement le lendemain. Notre première impression sur la Croatie n’est pas bonne du tout ! Notre arrivée sur Rijeka, nous montre une ville sale et repoussante. Nous avons un sentiment très mauvais d’insécurité avec tous les immeubles délabrés et tagués de partout. Sur internet, nous avions repéré l’emplacement de l’hôtel, en face de la station de bus. Sur Google streetview, nous avions bien vu que la façade de l’hôtel été en rénovation (photo de 2011 sur Google map) ! Horreur, en 2014, l’échafaudage est toujours en place, ils sont uniquement changé la pub dessus !

Nous prenons notre courage à 2 mains. Nous prenons les enfants et direction la chambre pour poser les sacs et se promener dans la vile, histoire de se réconforter / rassurer de ce premier contact croate !

Arrivés à la réception de l’auberge, nous sommes accueillis par une jeune fille, qui semble tenir l’établissement seule avec une copine. Nous avons le droit à une gueule à l’envers énorme. Nous venons avec des enfants ! Et nous n’avons réservé que 2 lits. Elle n’est pas d’accord. On lui explique que dans les autres auberges, nous faisions toujours ainsi car ils dorment avec nous ! Elle n’est pas contente et on s’en moque.. bref, on a certes un accueil pourri, mais on a un lit pour la nuit!

Une seule nuit car notre parcours en Croatie n’étant pas sûr nous n’avions pas organisé notre parcours. Nous allons y passer un bon moment, le soir venu à cette organisation !

On pose les bagages, puis direction l’office de tourisme pour visiter le cœur de la ville et ses vestiges. Vous ne verrez aucunes photos. C’est une arnaque sans nom. La ville de Rijeka est complétement décrépie. Un sentiment d’insécurité règne en permanence. Les vestiges gallo-romain sont piégés dans du béton ou coincés entre deux gros immeubles. Il existe une unique rue piétonne qui sert de grand magasin. Il n’y a pas de parc en centre-ville où emmener les enfants. Bref, une arrivée croate qui ne restera pas un bon souvenir. Cela arrive. Nous nous rassurons car, dès le lendemain, on part ailleurs en Croatie. On ne sait pas où ?! Mais on part!

La nuit à l’Aston Hostel a été un désastre ! La fenêtre ne fermait pas et donnait sur la rue, directement sur la station de bus. La fenêtre était bloquée par des fils électriques qui partaient on ne sait pas où dehors depuis la chambre ! Un bordel monstre toute la nuit dans la rue avec les voitures, les bus, les motos…bref on n’a pas dormis plus de 5H !RIMG2342

 

Pour la suite du parcours en Croatie, nous avons beaucoup discuté sur les différentes possibilités : Aller dans les îles du coté de Krk ou Cres, ou bien partir sur Plitvice, ou bien l’île de Rab… Après des heures de recherche et de lecture de nos bouquins et blogs, les prix des hôtels nous poussent à partir vers Zadar. La ville est loin (plus de 4h de Bus), mais les critiques sont bonnes et nous sommes sûrs de pouvoir nous baigner avec les enfants. De plus, depuis Zadar, nous pourrons accéder à différents parcs nationaux. L’itinéraire est tracé dans les grandes lignes vers minuit. Les réservations sur Zadar : OK. Les horaires de bus pour le lendemain confirmés. Oufff, enfin une bonne chose dans la journée !

Complément globe trotter :

  • Liaison entre la Slovénie et la Croatie assurer par les lignes de bus http://www.ap-ljubljana.si/. Achat directement dans le bus. Environ 15€ /pers depuis Postojna
  • Hotel pas cher juste en face de la gare routière de Rijeka : Aston Hostel. Pas top du tout mais pour une nuit en cas de transite, cela peut faire l’affaire.
    • Aston Hostel Rijeka : Žabica 5, Rijeka, Croatie, 51 000

Une réflexion sur « La Croatie, une arrivée difficile… »

  1. vu de loin ça nous fais sourire se passage à la frontiere !! Quel « bazar » se dèbut de vacances en Croatie mais maintenant tout va bien .profitez bien de cet fin de vacances globes trotteurs .

    bisous papou manou

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s